Les Z’Aînés du Val Fourré

D’origine africaine ou maghrébine, âgés de 50 à 80 ans, ils vieillissent « malins » à la cité du Val Fourré de Mantes-la-Jolie. Pathé Sow, Aïcha, Jean et les autres ont crée le « Collectif des Aînés », ce relais solidaire plein de rires, de palabres en boubous et d’actions étonnantes… Le film est leur voyage inlassable dans cet étonnant paysage de la Cité où, sans relâche, ils soutiennent les plus vieux, plaisantent sur l’actualité, se réunissent ou rôdent pour éviter les petits trafics des jeunes…  » Tout simplement, j’ai partagé leur temps, écouté leurs propos, marché et roulé avec eux. Julien Jacob, dans sa langue qui n’existe pas, a chanté les morceaux qu’il a composés sur mes images choisies… Et il a lancé le tempo…  »

Coproduction : Téléssonne, avec le soutien de L’Acsé, Images pour la diversité, La Procirep/Angoa, le CNC et la Collaboration du Collectif des Aînés.
Durée 52 minutes (2010)

Petite histoire

Dans les années 70, des hommes du Sénégal, du Mali, de Mauritanie, d’Algérie, de Tunisie et du Maroc sont appelés pour monter de belles automobiles, Peugeot ou Renault, et sont logés dans l’immense cité du Val Fourré de plus de 20 000 personnes. Puis des femmes viennent, des familles se font.

Ils avaient dit qu’ils retourneraient au pays, après, quand ils seraient vieux… Mais les femmes, avec leurs enfants encore jeunes, ont dit « non, tu pars si tu veux, mais moi je reste ». D’autres étaient toujours célibataires. Et tous comprirent que leurs retraites seraient réduites à presque rien s’ils retournaient au pays où personne ne les attend…

Alors ils sont là, dans cette cité dortoir, où il n’y a rien à faire, où une maison de retraite a perdu son administration, où l’activité se réduit à « se retrouver sur la dalle » – le centre commercial – pour boire un café. Quand ils peuvent encore, ils font un tour au pays pendant deux ou trois mois. Mais beaucoup sont très malades, cassés par ces années de travail, ils ne peuvent plus se déplacer ni même quitter leur foyer Sonacotra ou leur tour, trop éloignés de « la dalle ». Alors, c’est l’isolement.

En 2001, les Aînés de plus de 50 ans se sont réunis pour essayer d’améliorer la situation et la mairie a promis de les aider. L’association du Collectif des Aînés est née, et peu à peu, les activités et les effectifs se sont étoffés. Il y a maintenant cinq salariés dont un coordinateur, trois médiateurs, une secrétaire ; un bureau et 175 adhérents. Tous les anciens de la cité ainsi que les familles ont accès aux services de l’association.

Aujourd’hui l’expérience paraît exemplaire et l’association est sollicitée pour témoigner au Parlement Européen et pour partager son savoir-faire avec  des communes environnantes.

Retrouvez la chronique d’Olivier Barlet sur le site Africultures :

…Les voix de l’Histoire, ce sont aussi les vieux Africains de la cité. « Les Z’aînés du Val Fourré » de Catherine Martin-Payen Dicko les accompagne plus qu’il ne les suit. L’empathie de sa caméra est telle qu’elle fait corps avec eux tandis que la belle musique de Julien Jacob propose un fraternel écho. Ces vieux sont touchants car solidaires, engagés, et qu’ils portent leur histoire, celle de la relation France-Afrique, des tirailleurs aux ouvriers immigrés. Conscients d’être filmés, ils prennent la caméra comme un interlocuteur et un outil de leur propre expression.

L’intégralité de l’article: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=10081

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s